Rechercher

AYURVEDA- Votre sexualité durant la saison VATA

J’ ai une grande joie de commencer avec vous à discuter du concept unique de la sexualité dans l’ Ayurveda. Il y a longtemps que je voulais le faire. Il m’apparaît que beaucoup de croyances erronées, voire de désinformation - et de mythes dangereux - circulent en ce moment sur la sexualité...

Dans la nature, il y a une saison pour fleurir et une saison pour être en dormance. C’est vrai pour les plantes, bien sûr, mais c’est aussi vrai pour les animaux; il y a une saison pour la sexualité et il y a de saison pour le repos.


Il y a une série de repères naturels et d’équilibres afin d’assurer que les animaux ne sont pas constamment en train de se reproduire mais suivent un rythme saisonnier cosmique.


Dans la religion védique, Ṛta (/ ˈrɪtə /; Sanskrit ऋत ṛta "ordre, règle; vérité") est le principe d'ordre naturel qui régule et coordonne le fonctionnement de l'univers et de tout ce qui s'y trouve. Dans les hymnes des Vedas, Ṛta est décrit comme ce qui est ultimement responsable du bon fonctionnement des ordres naturel, moral et sacrificiel.

C’est aussi la force derrière les cycles de naissance, de croissance et de décroissance de toutes les formes de vie. Rta est aussi vu comme la force qui contrôle notre sexualité.


Une grande et invisible horloge maitre qui contrôle un nombre incalculable d’horloges physiologiques, tous avançant à différents rythmes, dans différents corps.

Et c’ est donc Rta qui maximise Shukra dans les espèces animales variés. Autrement dit, les humains aussi sont programmés pour être sexuellement actifs durant certaines saisons, à certaines heures et à certains stades de la vie.

Les sages recommandent une sexualité basée sur les rythmes de la nature. Ceci est particulièrement significatif parce que nous, les humains, avons exercé notre choix loin de ces rythmes et nous nous sommes donné dans les extrêmes.

Nous faisons l’amour à des heures bizarres dans la journée ou la nuit, nous mangeons de la nourriture transformée, des aliments remplis de chimique, nous dormons peu importe quand et avons une prolifération de procédures chirurgicales ( vasectomies et avortements entre autres) qui peuvent par moment challenger énormément nos corps.

Tout ceci diminue notre Shukra lentement mais sûrement. Ce n’est pas une surprise dans notre monde que les femmes modernes ont une fertilité réduite, une ménopause vécue prématurément et difficile et que les hommes souffrent de dysfonction érectile à des âge plus jeunes.

Non.

Notre technologie améliorée n’a pas amélioré notre sexualité. S’il y a une chose, cela nous a rendu sexuellement inférieur.

Aucune médecine, aucun produit chimique et certainement aucune procédure ne peut bonifier Shukra comme une vie vécue dans l’appréciation des rythmes naturels peux le faire.

Perdre Shukra trop rapidement c’est perde notre pouvoir régénérant trop vite.


Quand Shukra diminue nos symptômes d’humeur varie d’une perte d’enthousiasme et de créativité jusqu’à une dépression complète.

Les symptômes physiques inclut la diminution du sexe drive, la douleur dans nos organes reproductifs autant que dans une perte de notre pouvoir sexuel incluant les dysfonctions érectiles, l’impuissance et la stérilité.

Je vais vous partager à travers mes prochains articles la sagesse de l’Est concernant ces notions sur la sexualité.

Les sages de l’ Ayurveda croyaient que nos pouvoirs sexuels et reproductifs sont un cadeau sublime de cet Univers sans cesse en création.

Shukra est partout divin dans son potentiel, divin dans sa capacité et divin dans ses attributs.

Nous avons simplement à être prêt à nous accepter nous-mêmes et notre sexualité comme faisant partie et étant une parcelle de la nature et des ce moment, Shukra de lui-même se régénérera et fleurira à l’intérieur de nous.

La suite dans mon prochain article.



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Nous arrivons tranquillement vers la fin de l'hiver, moment auquel les qualités humides, ternes, lourdes et statiques du dosha Kapha s'accumulent dans la nature. En ce moment, nous commençons à ressen